Vagues de tristesse

La Pocatière, le 10 mai 2015

Tous les textes que je lis sur la rupture amoureuse disent qu’il faut accepter la douleur, qu’elle est normale. Mais ça fait mal! La souffrance ne veut pas arrêter. Cette phase de douleur est absolument atroce; je me sens à bout et vulnérable. Je sais que j’y arriverai, que j’en suis capable. Dans un mois j’irai mieux et je serai capable de m’adapter. Mais aujourd’hui, tout ça fait trop mal et j’aurais besoin de partir seul, tout seul.

En attendant je joue avec un des gars, histoire de passer le temps et relaxer. Mais je ressens constamment ce pincement au cœur. Je suis angoissé à penser à tout faire tout seul, alors que je me sens encore si fragile. J’ai besoin de temps seul, pour relaxer et pleurer. Les enfants ont en même temps besoin d’attention. Je leur donne tout ce que je peux. Je fais mon possible, mais ça ne semble pas assez. J’essaie d’avoir un peu de plaisir, mais ce n’est pas évident. C’est facile à dire, de se garder occupé, de faire des activités avec les enfants, et toutes ces bonnes choses. Mais c’est pas si facile que ça quand la tristesse revient constamment.