Réveil

La Pocatière, le 1 mai 2015

Je trouvais ça bizarre, au cours des années, que je rêvais très peu souvent à elle. Aujourd’hui je me demande s’il n’y a pas un lien avec la relation qu’on avait. Était-elle vraiment la moitié dont je rêvais avant de la rencontrer? Oui, on s’est aimés. C’était vrai. De belles choses nous sont arrivées, dont nos enfants. On les a aimés dès que nous avons su qu’ils existaient, on les aime encore et on va toujours les aimer.

Mais est-ce que l’amour entre nous deux était fait pour durer? On le pensait sincèrement tous les deux. Mais il manquait quelque chose; cette chose qui fait rêver. Il nous manquait plus qu’une chose en fait. Notre amour m’empêchait d’être vrai et fidèle à moi-même. Je me rend compte aujourd’hui combien j’ai toujours voulu être conciliant, voulant toujours éviter la confrontation, voulant toujours déformer ou carrément ignorer mes propres pensées et opinions, car je sentais qu’elle ne serait pas d’accord. J’ai toujours préféré rester muet ou, si j’avais parlé, me rétracter ou mettre de l’eau dans mon vin pour éviter la chicane.

Aujourd’hui, alors que notre relation amoureuse est terminée, j’ai de moins en moins de crainte à exprimer mes opinions. Je vois que ça lui déplait que je ne sois pas d’accord avec elle sur certains sujets. Mais je n’y peux rien que ça la fâche. J’ai besoin d’exprimer mon point de vue; je le fais de façon claire, posée et logique. Sa réaction, ses émotions, ne m’appartiennent pas. Mais ça me démontre en même temps que nous pensons de façon très différente. C’est peut-être un indice d’une incompatibilité dans la façon dont nous voyons chacun la Vie et sur la manière dont nous prenons nos décisions. Je suis en train de réaliser que je suis libre de penser ce que je veux et d’exprimer mes opinions. Je commence à me libérer du fardeau de l’opinion des autres. Je ne suis pas obligé d’être d’accord pour comprendre son opinion. Je peux comprendre son point de vue sans nécessairement l’adopter.