Actions et perceptions

On dit que si on veut du nouveau dans notre vie il faut oser faire des choses différentes, ou faire les choses différemment. Ce n’est pas facile et j’obtiens des résultats mitigés. J’essaie. Je ne sais pas si j’anticipe trop, ou si j’ai trop d’attentes envers la Vie. Il me semble que j’ai fait des efforts, mais je ne sais pas si ça marche. J’ai entrepris une psychothérapie qui dure depuis presque deux ans déjà. Ma psychologue me répète que j’ai changé énormément depuis. Que je suis à des lieues de la personne que j’étais lorsque je l’ai rencontrée pour la première fois.

Je la crois. Je sens que des choses ont changé en moi. Mais je voudrais que ce soit plus. Ou plus vite. Le fantôme de la performance me poursuit même dans mon processus de transformation personnelle! Comme un athlète qui a atteint un certain niveau dans son sport, je sens que je suis sur un plateau. Pas question de retourner en arrière, mais parfois je trouve ça difficile. Et tous ces autres fantômes qui reviennent me hanter régulièrement, que j’ai affronté à maintes reprises et que j’affronte encore! Anxiété de performance, peur du jugement des autres, syndrome de l’imposteur, anticipation de scénarios catastrophes imaginaires, discours intérieurs. Ils ne sont plus aussi présents qu’avant, mais je sens qu’ils ne sont jamais bien loin.

Difficile aussi de conjuguer les exigences du quotidien. Je ne peux pas toujours garder ma démarche personnelle au premier plan. Je sais aussi que faire de mon mieux ne veux pas dire de toujours donner 150% d’efforts. Je voudrais tout de même faire plus, avancer plus vite. La société nous conditionne, nous imprime le réflexe de la productivité et de la performance si profondément. Difficile de se défaire de ces réflexes, qui plus est dans un monde encore largement conditionné de la sorte.

En plus des activités que j’ai incluses dans mon horaire depuis un bout de temps déjà, j’essaie de nouvelles choses. Depuis quelques semaines j’incorpore un peu de méditation à ma routine. Je n’ai aucune idée si ça marche, mais je m’efforce de laisser de côté la liste des choses à faire pour prendre du temps afin de me recentrer. J’ai essayé le yoga pour la première fois de cette vie cette semaine. Je me suis jugé moi-même et je me suis senti inadéquat, mais j’ai le goût de poursuivre. J’ai même fait quelques changements dans ma garde-robe. Pas un « makover », mais bon!

À travers tout ça, je ressens encore bien de l’incertitude. Je ne veux pas brusquer les choses, car je veux que mon développement personnel soit durable. Mais j’ai encore des craintes. Tout ce changement de l’être, à travers un paquet d’actions et de réflexions; je me demande tout de même où je m’en vais avec ça. C’est encore flou, imprécis. Je n’ai pas encore trouvé ma « mission » de vie en quelque sorte. J’en perçois quelques indices parfois, comme de toutes petites pulsions d’une inspiration qui veut sortir de sa coquille.

Et le lâcher prise, il est où dans tout ça? Quelqu’un m’a dit sagement de ne plus forcer. Que même si bien des choses ne font pas de sens, même si j’ai l’impression de ne pas avancer, les morceaux vont se placer – se placent déjà même. Je sais que la Vie nous aide lorsqu’on s’aide. Mais comment puis-je savoir que les choses que je fais pour m’aider sont les bonnes choses à faire? Comment puis-je savoir que mes efforts, je les mets à la bonne place? Comment puis-je savoir si j’en fais assez?

J’aimerais bien que la Vie me donne un peu de rétroaction. Je tente de déceler des signes de cette rétroaction, mais on dirait que mes sens manquent d’acuité. Peut-être que la Vie m’envoie des signaux, mais telle une personne sourde et aveugle je ne suis pas capable d’entendre et de voir un train qui passe. Ou bien les signaux sont devant moi et je ne les reconnais pas. Ou bien je perçois les signaux, mais je ne fais pas confiance à ce que je ressens et demeure dans l’incertitude. Comment fait-on pour aiguiser la perception de son cœur lorsqu’on a toujours perçu et analysé les signaux avec notre tête? Comment fait-on pour entendre la Vie qui nous parle, pour comprendre ce que notre cœur veut dire et faire confiance à notre ressenti?