Leçon sur l’amour-propre

La Pocatière, le 22 avril 2015

Depuis que je l’ai rencontrée et que nous formons un couple, j’ai trop souvent pilé sur mon amour-propre, j’ai trop souvent manqué de respect envers mes propres opinions, au nom de l’amour. J’avais peur de la confrontation, je craignais qu’elle ait une mauvaise opinion de moi si j’étais en désaccord ou si je pensais différemment sur tel ou tel sujet. Au cours des années j’ai mis de plus en plus d’eau dans mon vin, j’ai modéré mes opinions, j’ai évité les sujets de discorde et mis de côté mes propres croyances afin de me conformer. J’ai caché de plus en plus mon véritable « moi », afin de cadrer dans le « consensus du couple » tout en me rassurant qu’elle n’avait pas une mauvaise opinion de moi.

Cela a, au fil des ans, créé une amertume sur le fait que je n’avais plus mes propres opinions et a fait en sorte que je me sentais étouffé. Aujourd’hui, je me rends compte que j’aurais peut-être du faire valoir mes propres idées et y tenir, plutôt que de toujours donner préséance au couple. Cela aurait sûrement créé des flammèches, et au lieu de toujours vivre ensemble sans monter le ton ni nous chicaner, nous nous serions disputés un peu plus. Peut-être que nous nous serions rendus compte plus tôt de nos incompatibilités. Mais ma crainte de l’opinion des autres à mon égard (pas seulement la sienne) a fait en sorte que je recherchais toujours le compromis, la bonne entente. Et au bout du compte c’est moi qui en paye le prix. Aujourd’hui même, alors que notre union n’est plus, j’ai encore de la misère avec la confrontation. Je suis angoissé lorsque je veux lui dire que j’ai besoin d’être respecté. Je me sens coupable et mal à l’aise dans le désaccord.

Cet amour-propre que j’ai écrasé, je l’ai écrasé pas seulement dans (ou pour) notre couple, je l’ai mis de côté et enfermé dans presque tous les aspects de ma vie. Je l’ai oublié trop longtemps dans le fond d’un cachot sombre. Mais chaque fois que j’essaie de le libérer un tant soit peu, j’ai aussitôt la frayeur que ce que je vais dire va offusquer les gens et que ceux-ci aient une mauvaise opinion de moi. Je suis tanné de toujours m’en faire pour ce que les autres pensent de moi. Je suis tanné de ne pas me respecter et de m’auto-censurer. Je suis tanné de vivre renfermé sur moi-même, de peur de faire de la peine à l’un, blesser l’autre et offenser quelqu’un d’autre. J’en ai assez de toujours m’évaluer suite à telle ou telle situation professionnelle ou sociale, et d’analyser si j’ai bien dit les choses, si j’ai bien agi. Je veux vivre pour moi, je veux vivre sans le tracas de commettre un délit d’opinion envers une autre personne et sans m’en faire pour les « qu’en dira-t-on ». Je veux vivre sans honte ni angoisse de mes idées, sans me soucier si j’ai mis de l’avant tous les bons arguments pour faire valoir mon point de vue, que ce soit devant la famille, des amis, des connaissances, des collègues de travail, des supérieurs hiérarchiques au travail ou n’importe qui. J’ai toujours communiqué et interagi avec les autres avec respect envers eux, du mieux que je pouvais. Je devrais donc être capable de le faire aussi en me respectant.